Democratic Republic of Congo Humanitarian Response Plan 2021

Humanitarian response plan | Rev: 1.12 | published | Download the HRP document

Analyse des réalisations

Les partenaires humanitaires en RDC se sont engagés à travers le Plan de réponse humanitaire (PRH) 2021 à cibler cette année un million de personnes de plus que l’année précédente via la modalité des transferts monétaires à usage multiple, dans un contexte déjà marqué par le triplement du recours à ce type d’assistance sur la période 2018-2020. Cette volonté fait écho aux engagements pris par les acteurs humanitaires et les principaux bailleurs de fonds lors du Grand Bargain, issu du Sommet mondial humanitaire tenu en mai 2016, afin d’améliorer l'efficience et l'efficacité de l'action humanitaire. L’un des engagements pris dans ce cadre appelle en effet à accroître l'utilisation et la coordination de programmes basés sur des transferts monétaires. En RDC, 3,26 millions de personnes sont ciblés par une assistance monétaire à usage multiple pour l’année 2021.

Les transferts monétaires à usage multiple (TMUM) permettent de subvenir en tout ou partie à un ensemble de besoins de base et/ou de remplacement des moyens de subsistance perdus des ménages, favorisant le libre choix des bénéficiaires quant à la priorisation de leurs besoins essentiels, ainsi que l’autonomisation et la dignité. L’assistance monétaire joue plus généralement un effet multiplicateur sur les économies, permettant via l’injection de liquidités et le recours au commerce de proximité de stimuler les marchés locaux et revitaliser les économies affectés par les crises, ainsi que de favoriser la cohésion sociale entre communauté hôtes et personnes déplacées. En outre, les transferts monétaires, en particulier inconditionnels, continuent de se poser en modalité préférée des bénéficiaires dans le contexte de la RDC, tel que constaté encore récemment au travers de l’enquête d’évaluation multisectorielle des besoins (MSNA). Au vu de ses avantages comparatifs inhérents, couplés de coûts et délais opérationnels généralement réduits pour les acteurs de mise en œuvre, le Cash WG appelle les partenaires à favoriser cette modalité autant que possible dans leur programmation.

En RDC, les organisations partenaires du CWG rapportent qu’un total de 830 910 personnes ont été atteintes par une assistance monétaire à usage multiple au troisième trimestre, en hausse de 14% par rapport au second trimestre (725 698 bénéficiaires) et de 49% par rapport au premier semestre (555 991 personnes assistées). Il s’agit de fait du chiffre trimestriel le plus élevé jamais atteint pour cette modalité dans le contexte de la RDC. Cette hausse du recours aux TMUM au troisième trimestre tient essentiellement à l’augmentation marquée du nombre de personnes atteintes par les partenaires de réponse rapide sur cette période, alors que le volume de personnes atteintes par les autres partenaires est resté quant à lui stable ou en légère baisse. Plus généralement, une tendance à l’accélération naturelle du rythme de mise en œuvre des TMUM avait déjà été observée au cours des années précédentes entre le second et le troisième trimestre (+46% de bénéficiaires l’an dernier entre les deux périodes, dans un contexte il est vrai marqué par l’expansion de l’épidémie de Covid-19).

Plus généralement, rapporté à la période allant de janvier à septembre, un total de 2 110 231 personnes ont été assistées via des transferts monétaires à usage multiple (soit 65% de la cible annuelle du Cash WG), soit une augmentation de 41% par rapport à la même période en 2020. Ce chiffre est le fait de 29 organisations et partenaires de mise en œuvre, pour un volume minimum de transfert estimé à 52,3 millions de dollars américains.

Sur la base d’un taux de reporting en net progrès en matière de désagrégation par sexe et âge (99% des résultats reçus désagrégés), il est constaté que le ratio hommes/femmes bénéficiaires est relativement stable au T3 (48,3% de femmes et 51,7% d’hommes) par rapport au T2 (48,5% de femmes et 51,5% d’hommes, respectivement) mais largement inférieur à celui du T1 (54,2% de femmes contre 45,8% d’hommes). Il est également observé que le ratio de personnes âgées assistées est en augmentation au troisième trimestre, à 12,1% du nombre total de bénéficiaires (contre 7,2% en T2 et 10,4% en T1). Au niveau de l’indicateur de résultat, il est enfin noté, sur la base d’un échantillon limité, représentant environ un tiers des personnes atteintes, que 98,8% des ménages assistés en 2021 ont rapporté avoir été capables de répondre à leurs besoins de base, en ligne avec leurs priorités, suite à l’assistance reçue - soit un chiffre largement supérieur à la cible annuelle du Cash WG (80% pour 2021). Il convient néanmoins de déplorer un reporting très faible sur cet indicateur par les partenaires au troisième trimestre.

En termes géographiques, les deux premiers semestres avaient vu les partenaires cibler en priorité le Nord-Kivu (21% des bénéficiaires assistés), l’Ituri (18%) et Kinshasa (16%). La période juillet-septembre confirme une tendance à la continuité concernant le Nord-Kivu (25% des bénéficiaires), mais indique une forte baisse du nombre de bénéficiaires atteints en Ituri et Kinshasa (6% et 1% respectivement), quand les régions du Kasaï et du Kasaï-Central concentrent quant à elle une forte hausse d’activité, avec près de 37% des bénéficiaires totaux combinés sur la période à l’échelle du pays.

En outre, le CWG effectue également depuis 2020 le suivi et le rapportage de l’assistance monétaire multisectorielle. Cette modalité, pouvant correspondre à une aide en espèces ou coupons, se distingue des transferts monétaires à usage multiple car elle correspond à une réponse visant à répondre de manière conjuguée à un nombre limité de besoins sectoriels spécifiques (généralement au nombre de deux voire trois dans le contexte de la RDC).

Au troisième trimestre, le recours à l’assistance monétaire multisectorielle a légèrement augmenté, appuyant 172 439 personnes sur la période (+6% par rapport au T2). Depuis le début de l’année, 575 188 personnes ont pu bénéficier de cette modalité, dépassant déjà les niveaux atteints pour la totalité de l’année 2020 (447 896 bénéficiaires), pour un volume d’environ 7,7 millions de dollars américains de transferts. Au troisième trimestre, l’usage du coupon au sein de cette modalité a largement diminué, représentant 47% de l’assistance monétaire multisectorielle contre 65% sur les deux premiers trimestres. Enfin, alors que le Tanganyika au premier trimestre puis le Nord-Ubangui et le Kasaï-Central au second trimestre concentraient l’essentiel des bénéficiaires de la modalité, c’est cette fois l’Ituri qui arrive en tête en termes de répartition géographique au troisième trimestre, avec la moitié des bénéficiaires atteints vivant dans cette seule province.

Contraintes & défis opérationnels :

Les défis opérationnels à la mise en œuvre de transferts monétaires à usage multiple sont restés inchangés ce trimestre et tiennent principalement au niveau de financement limité du PRH 2021, à l’offre et la performance inégale des prestataires de services financiers, aux limitations infrastructurelles liées au mobile money en particulier en zones rurales, à l’insécurité, aux besoins de formation des acteurs sur la programmation monétaire et aux défis d’harmonisation des montants de transfert. Dans cette optique, le CWG continue de disponibiliser des outils favorisant une approche commune à la résolution de ces défis (méthodologie MEB national harmonisé et bulletins mensuels de suivi des prix de marchés disponibles depuis mai et juin 2021 respectivement, organisation de formations en transferts monétaires au niveau des hubs humanitaires et mise en place d’une plateforme d’échange entre organisations humanitaires et prestataires de services financiers).

 

Partenaires ayant contribué au Dashboard :

ACTED, Action Aid, ADSSE, AVSI, BDCA, Caritas, Christian Aid, Concern Worldwide, CRS, DCA, DRC, ECC/MERU, FAO, Heks Eper, INTERSOS, Mercy Corps, NRC, OIM, Oxfam, PAM, PAP-RDC, RHA, SI, TEARFUND, TROCAIRE, UNHCR, Women for Women International, WVI.

 

Besoins financiers ($)
Couverture (%)
Besoins non couverts ($)

Vue d'ensemble des indicateurs

CLCSH / CO1 - Les bénéficiaires (transferts monétaires à usage multiple) sont en mesure de subvenir en tout ou partie à un ensemble de besoins de base / ou de rétablissement

IndicatorUnitTarget
IN1: Nombre de personnes assistées à travers une réponse en espèces à usages multiplesPeople3,310,000
IN2: Montants (US $) distribués à travers une réponse en espèces à usages multiplesDollars97,200,000
IN3: % des ménages qui rapportent avoir été capables de répondre à leurs besoins de base, en ligne avec leurs prioritésPercentage80