Burundi 2019

Humanitarian response plan | Rev: 1.5
Partners
15
Projects
17
MONTANT REQUIS ($)
FONDS REÇUS ($)
FINANCÉ (%)
ÉCART ($)

Profil Humanitaire

ID: CL7/BF1

Cluster Objectives

  • 1

    Garantir un accès équitable aux services urgents de protection de qualité aux personnes en situation de vulnérabilité.
  • 2

    Réduire les risques de protection y compris pendant les déplacements forcés et les retours à travers l'accès aux opportunités de réintégration et la promotion de la cohésion sociale.
  • 3

    Renforcer les capacités des acteurs nationaux et locaux dans la coordination, le suivi de protection et le plaidoyer afin d'assurer la durabilité des mécanismes de protection après la phase d’urgence.
  • 4

    Appuyer la mise en œuvre de la Stratégie de Protection de l’Equipe Humanitaire Pays (EHP) y compris à travers l’amélioration des capacités d’analyse et plaidoyer ainsi que pour assurer une meilleure redevabilité auprès des communautés ciblées.

Rapport du Quatrième Trimestre 2019

Dans le cadre du plan de réponse humanitaire 2019 les acteurs du secteur protection ont réalisé 70% des activités à la fin de l’année, et ce malgré un financement des actions à 63.1%. Les projets en consortium regroupant des ONG nationales avec des agences des Nations Unies et/ou des ONG Internationales ont été finances majoritairement, contrairement à des projets proposes par des structures seules. Un effort particulier devra être fourni en 2020 pour permettre aux ONG nationales, indispensables à l’apport d’un service minimum de protection auprès des personnes les plus vulnérables telles que les survivants de violences sexuelles et basées sur le genre et les enfants séparés ou non accompagnés, de poursuivre leurs activités.

Les partenaires ayant contribué à l’atteinte de ces objectifs pour le compte de l’année 2019 sont : l’ACPDH, ABMPD, AFEV, AFJB, ASBL Nturengaho, AVSI, Christian Aid, Cafob, Centre Inabeza, DRC, FENADEB et PLAY International, Foi en Action, Fondation Stamn, Giriyuja, FVS Amade, IRC, JRS, Nanje Nobaho, OIM, PPSM, SAD,  Save the Children, ISV Centre Seruka, SOJPAE, Terre des hommes, UNFPA, UNICEF, War Child Holland,

Ci-dessous les détails de ses réalisations :

Réalisation 1 : Garantir un accès équitable aux services urgents de protection de qualité aux personnes en situation de vulnérabilité.

  • 13 247 survivants des VBG ont eu accès à au moins un des services de prise en charge (médicale, psychosociale, juridique, matérielle y compris en kits de dignité ainsi qu’en hébergement protégé en 2019, soit 229 pour cent de l’objectif annuel ; parmi eux, 208 femmes et filles survivantes de VBG ont reçu une assistance en cash.
  • 127,220 enfants affectés par les situations d’urgences en 2019, y compris les filles et garçons déplacés internes et rapatriés ou autres retournés (expulsés/refoulés) ont eu accès à au moins un des services de protection de l'enfance suivant : psycho, médical, juridique, réintégration familiale/communautaire/scolaire, socio-économique, accès à la documentation administrative, soit 68 pour cent de l’objectif annuel ;
  • 74,395 enfants rapatriés, déplacés internes et membres des communautés hôtes ont reçu leurs extraits d'acte de naissance en 2019, soit 124 pour cent de l’objectif annuel ;
  • 12,502 personnes vulnérables affectées par des chocs ont eu accès à un service de protection d’urgence autre que VBG et PE (juridique, psychosociale, assistance matérielle y compris en hébergement protégé et cash) ou ont été référées pour la prise en charge, afin de garantir leurs droits, dignité, bien-être et réintégration en 2019, soit 40 pour cent de l’objectif annuel; et 7622 femmes et filles vulnérables ont bénéficiés des kits de dignité ou de sécurité ou autres NFI via le secteur protection, en 2019, soit 10 pour cent de l’objectif annuel;.

 

Une cartographie des prestataires de services VBG au national, provincial et local a été élaborée, de même qu’une cartographie des acteurs de Protection de l’enfance et d’Assistance légale.

 

Réalisation 2 : Réduire les risques de protection y compris pendant les déplacements forcés et les retours à travers l'accès aux opportunités de réintégration et la promotion de la cohésion sociale.

  • 4189 actions de sensibilisation, de mobilisation communautaire et de plaidoyer ont été organisés sur des questions de protection (VBG, violence, abus et exploitation des enfants, traite des êtres humains et autres violations des droits humains) auprès de 330,221 personnes (femmes, hommes, filles, garçons), en 2019.
  • 28 rapports de suivi de la situation de protection, y compris sur les déplacements internes et le monitoring des frontières, ont été élaborés et partagés en 2019, soit 93 pour cent de l’objectif annuel ;
  • 167,536 personnes en situation de déplacement interne ou retour récent (depuis 2015) ont eu accès aux opportunités de réintégration socio-économiques à travers les initiatives locales et les structures communautaires (y compris CDFC, projets locaux, groupes de solidarité, clubs de paix, club de jeunes), en 2019, soit bien au-dessus du prévisionnel.

 

 

 

Réalisation 3 : Renforcer les capacités des acteurs de la réponse humanitaire au niveau national et local dans la coordination, le suivi de protection et le plaidoyer afin d'assurer la durabilité des mécanismes de protection après la phase d’urgence.

  • 6641 acteurs locaux (individus) ont été formés sur la prévention, la réponse d'urgence, et/ou le suivi de protection (incluant VBG, PE, PSEA, autres violations des droits humains), en 2019.
  • 131 membres d’équipes humanitaires ont été formés sur les PSEA, soit 109 pour cent de l’objectif annuel ;
  • Elaboration du plan d’action PSEA inter agence sous le lead du sous-secteur VBG et le processus de mise en place d’un groupe de travail et réseau des points focaux PSEA en cours.
  • Elaboration de plan stratégique pour l`année 2020 pour les sous-secteurs y compris des mécanismes d`urgence
  • Formations réalisées au cours de l`année contribuant au renforcement de capacités des acteurs (telles que le CASH dans le VBG qui est largement utilise pendant et après les phases d`urgence)
  • Mise en place de points focaux pour le mécanisme de protection d`urgence 
  • Renforcement des capacités des acteurs, des systèmes de référencement de cas de protection et de services de protection fournis à travers les groupes de travail Gestion de cas et PSS au sein du sous-secteur Protection de l’enfance, et a travers des ateliers et des groupes de travail ad-hoc sur les questions d’accès a la terre et au logement, en coopération avec le secteur Abri/ANA, de lutte contre la traite avec la facilitation de l’OIM et de la FENADEB, et de l’aide légale, au sein du secteur Protection.
  • Introduction au PIM-Protection Information Management – Gestion des informations relatives a la protection, réalisée auprès de 15 structures membres du secteur.

 

Réalisation 4 : Appuyer la mise en œuvre de la Stratégie de Protection de l’Équipe Humanitaire Pays (EHP) y compris à travers l’amélioration des capacités d’analyse et plaidoyer ainsi que pour assurer une meilleure redevabilité auprès des communautés ciblées.

  • 3 présentations sur la situation de protection ont été faite par le Secteur auprès de l’EHP ou de bailleurs de fonds, sur la base du suivi des indicateurs intersectoriels de protection introduits par la Stratégie de Protection en 2019.

 

Faisant suite au processus débuté en 2017, une présentation de la centralité de la protection ainsi que 4 ateliers d’une demi-journée sur la transversalité de la protection du genre et de l’inclusion ont été réalisés auprès de 4 secteurs : Wash, Education, Sécurité alimentaire et Abri.

Des travaux multisectoriels ont été entrepris afin d’intégrer les principes de protection transversaux, à commencer par le secteur Abri a travers la participation à l’élaboration des lignes directrices nationales pour la construction d’abris d’urgence, transitoire et durable, sous l’initiative de la CRB et de l’OIM, mais également le secteur Nutrition, a travers la participation a une étude du PAM sur les besoins nutritionnels spécifiques des filles et des femmes, et enfin le groupe de travail sur les transferts monétaires a travers un atelier organise par le PAM et l’UNHCR avec les opérateurs privés.

Un atelier de 3 jours réunissant les acteurs Cash et VBG a été réalisé par le sous-secteur VBG/ l’UNFPA en octobre 2019 pour permettre l’intégration des principes transversaux de protection et plus particulièrement les risques VBG. Les participants ont esquissé des plans d’action pour les Groupes de Travail des TM et de la VBG afin de capitaliser sur l’atelier et les nouvelles connexions entre les différents experts. Une liste d’actions prioritaires pour le court et moyen terme a été décidé par le groupe entier. 24 acteurs (dont 80% de femmes), experts Cash ou VBG mais aussi représentant du secteur privé (EcoBank) et de bailleurs (SDC), ont participé activement à l’atelier de manière active.

Défis majeurs

A l’approche des élections les financements diminuent, pour autant le besoin reste réel et de nombreuses ONG nationales indispensables à l’assistance des personnes les plus vulnérables notamment en protection de l’enfance et en VBG ont vu leurs financements se terminer fin 2019 ce qui constitue un facteur de risque supplémentaire en termes de survie pour les victimes non assistées ou partiellement assistées en 2020. Par ailleurs, les obstacles à l’assistance humanitaire sur le volet de la protection sont augmentation. Avec l`émergence du Corona Virus de nombreux bailleurs se tournent vers d`autres urgences et cette urgence devient au centre des préoccupations ce qui risque de ralentir encore d`avantage la possibilité de financement pour les actions de protection au Burundi.  

En effet, alors que l’on observe dans certaines zones une absence de structure pour abriter les services de base, telles que les centres de sante par exemple, ou leur retrait progressif du fait de l’insécurité, qui accroissent un peu plus les risques de protection, le manque de capacite de réponse matérielle (kits post viol, kits de dignité, kits de première nécessité, kits hygiène, etc..) et en ressources humaines ne permet pas d’assurer les services d’assistance immédiate de protection.

Certaines activités, comme la réinsertion socioéconomique des survivantes dans les interventions humanitaires sont sous financées, ce qui explique le faible nombre de bénéficiaires survivants ayant eu accès aux opportunités économiques en 2019 au Burundi.

L’absence d’un pooled fund au Burundi ne permet pas au secteur a l’heure actuelle de pallier aux manquements en termes de réponses.

De plus, l’analyse des risques de protection, y compris les risques VBG, n’est pas systématiquement intégrée par d’autres secteurs dans les évaluations des besoins à travers le MIRA ou autres évaluations sectorielles et des activités de mitigation de ces risques ne sont pas systématiquement intègres ni budget dans les programmes des autres secteurs.

L’absence actuelle d’un cadre de monitoring au sein du secteur protection ne permet pas une analyse globale de la situation. De plus la gestion des informations relatives a la protection doit être renforcée à travers notamment l’engagement des acteurs sur l’application d’un protocole de partage des données. Ainsi, la collecte et le partage de données sur les incidents VBG, Protection de l’enfance et autres violations restent un défi. Les mouvements mixtes, transfrontaliers et la traite des personnes ne sont pas encore assez intégrés dans la prévention et la réponse aux VBG ; Le processus de création de cadre harmonise est en cours et devrait se concrétiser en 2020, enrichi par les apports des groupes de travail thématiques, ce qui permettra une analyse sectorielle plus complète.

Sur ce dernier point, une équipe de coordination dédiée à 100% à la coordination incluant un officier de gestion de l’information (IMO) permettrait de renforcer ces lacunes.

Liste des Indicateurs

Garantir un accès équitable aux services urgents de protection de qualité aux personnes en situation de vulnérabilité.

Contributes tocheck_circleStrategic Objective 1
IndicateurUnitDans le besoinCibleRéalisationRéalisation (%)
IN1: Nombre de personnes en situation de vulnérabilité, y compris personnes survivantes de violations, témoins et/ou personnes à risque de violence, abus et exploitation, qui ont accès à au moins un service de protection et/ou de soutien de base.People0Show the disaggregated data for this data point227,275Show the disaggregated data for this data point130,864calendar_today57.6%
 
calendar_today
IN1: # de femmes, hommes, filles, garçons survivants des VBG ayant eu accès à au moins un des services de prise en charge (médicale, psychosociale, juridique, matérielle y compris en kits de dignité ainsi qu’en hébergement protégé).PeopleShow the disaggregated data for this data point5,773Show the disaggregated data for this data point5,773Show the disaggregated data for this data point11,858calendar_today205%
 
calendar_today
IN1: # de filles et garçons ayant eu accès a au moins un des services de protection de l'enfance suivant: psycho, médical, juridique, réintégration familiale/communautaire/scolaire, socio-économique, accès à la documentation administrativePeopleShow the disaggregated data for this data point254,148Show the disaggregated data for this data point186,198Show the disaggregated data for this data point128,984calendar_today69.3%
 
calendar_today
IN1: # de personnes vulnérables parmi les catégories ciblées ayant accès à un service de protection d’urgence autre que VBG et PE (juridique, psychosociale, assistance matérielle y compris en hébergement protégé et cash) ou ayant été référées pour la prise en charge.People0Show the disaggregated data for this data point31,245Show the disaggregated data for this data point5,550calendar_today17.8%
 
calendar_today
IN2: # des femmes et filles survivantes de VBG ayant reçu une assistance en cash.PeopleShow the disaggregated data for this data point5,716Show the disaggregated data for this data point3,890Show the disaggregated data for this data point208calendar_today5.3%
 
calendar_today
IN2: # de filles et garçons rapatriés, déplacés internes et membres des communautés hôtes qui ont reçu leurs extraits d'acte de naissancePeople0Show the disaggregated data for this data point60,000Show the disaggregated data for this data point74,395calendar_today124%
 
calendar_today
IN2: # des femmes et filles vulnérables parmi les catégories ciblées ayant bénéficiés de kits de dignité, de sécurité ou autres NFI via le secteur protection.People0Show the disaggregated data for this data point77,792Show the disaggregated data for this data point7,516calendar_today9.7%
 
calendar_today

Données par Province

ID: CL7/CA1/IN1